Un peu d’histoire…

Vigueron égliseLe nom de Vigueron, attesté au XIIIe siècle sous la forme de Castro Vicaro, est tiré du latin « vicarius » qui signifie viguier. Il désignait au Moyen Age, les délégués des comtes ou du roi, subordonnés aux baillis ou aux sénéchaux qui, dans les petites villes, rendaient la justice en leur nom. Le seigneurie appartenait aux vicomtes de Terride. Mentionnée pour la première fois, dans la bulle qui instituait, en 1317, le diocèse de Montauban, la paroisse est placée sous le patronage de Sainte Quitterie, fille du roi Wisigoth, martyrisée à Aire-sur-l’Adour, dans les Landes, vers 476, lors des persécutions aériennes et patronne de Gascogne.

L’église incendiée par les réformés en 1581, fut rebâtie en terre au XVIIe et demeurait un édifice assez médiocre. Aussi décida-t-on, en 1891, de la reconstruire entièrement sur les plans de l’architecte toulousain Brefeil.

L’abbaye de Grand Selve avait des droits de décimateur sur la paroisse de Vigueron sans que ce fût pour autant un de ses prieurés. Cette paroisse ne nous est pas connue avant le XIVe siècle où elle figure parmi celles qui furent incorporées au diocèse de Montauban.

Éléments du patrimoine

  • Église Sainte-Quitterie

  • Pigeonnier

  • Lac d’irrigation et de pêche de 30 hectares

Paysages

Vigueron vueDans les coteaux de la Lomagne, entre Beaumont-de-Lomagne et Belbèse, la commune de Vigueron dessine la forme d’un rectangle, sur la rive droite de la Gimone. Un autre petit affluent de la Garonne, la Tessonne, coule à l’est, en limite avec Comberouger.

Entre leurs vallées, la route départementale 44 serpente à travers une suite de coteaux et de vallons aux contours adoucis, particulièrement pittoresques. A l’est, les bosquets ombragés dominent tandis que l’ouest déroule le damier de ses cultures et de ses prairies.